fbpx
Soyons solidaire et travaillons ensemble pour combattre les méfaits du CORONAVIRUS
animation scolaire à Libramont

animation " apprendre le vivre-ensemble dès le plus jeune âge" à Libramont

Durant tout le mois de février, les écoles primaires de la commune de Libramont-Chevigny défilent à la Bibliothèque communale pour dire NON aux mots racistes. Au total, ce sont quelques 160 enfants qui ont participé à l'animation proposée par l'ASBL "Ami, entends-tu ?" de Gembloux (www.amientendstu.be).

 
 
"Il s'agit d'une initiative communale", précise l'échevin Jonathan Martin. "Les questions de l'exclusion et du repli sur soi sont plus que jamais d'actualité. Tant la montée de l'extrême droite que le harcèlement, notamment en milieu scolaire, nous montrent à quel point le vivre-ensemble est menacé. La citoyenneté et les valeurs démocratiques, cela doit s'apprendre dès le plus jeune âge. C'est pour cette raison que le Collège a inscrit dans son PST communal un plan d'actions en la matière. Cette animation constitue le premier élément d'un programme de sensibilisation qui s'étalera sur toute la législature", continue l'échevin de la Citoyenneté. 

 

L'activité qui était proposée aux écoles s'appuyait sur une série de panneaux didactiques. En outre, plusieurs animations étaient là pour la dynamiser : jeu de rôle mimé, chaise musicale coopérative, jeu de l'oie sur le parcours du migrant ou encore lecture d'une histoire sur les moqueries à l'école.

 

"On cherche à faire le lien entre le passé et l'actualité, ce qui nous amène à passer de la Shoah à la crise migratoire. On essaye aussi de susciter de l'empathie chez les enfants en les amenant à se mettre à la place de l'autre. L'objectif, c'est vraiment de leur faire comprendre l'importance de concilier les différences. Des différences qui ne sont pas une faiblesse mais bien une force", explique l'animatrice Aurélie Desprez. 

Pour Océane Leriche, institutrice à Sainte-Marie, l'expérience a été concluante. "Les élèves ont été captivés tout au long de l'animation de par son côté ludique. Le jeu de rôle a ainsi été particulièrement apprécié. Mais il a surtout été bénéfique car il leur a permis de prendre conscience des blessures liées à certains parcours de vie, que ce soit hier ou aujourd'hui. Ce qui m'a le plus marqué chez mes élèves, c'est la générosité qui se dégage de leurs réactions quand on parle du quotidien d'enfants victimes de discriminations. Ce genre d'animation permet vraiment d'améliorer le climat en classe en travaillant sur l'acceptation de chacun", détaille-t-elle.   

 

Un sentiment partagé par Aurélie Desprez : "j'ai senti les enfants très concernés, très à l'écoute. On sent que c'est une question qui a déjà été traitée avec eux. C'est rassurant de voir qu'ils sont bienveillants par rapport à la différence et scandalisés par le phénomène de ségrégation. Il faut maintenant veiller à ne par faire de cette animation une opération "one shot" et s'inscrire dans la durée."

 

Nul besoin de convaincre l'échevin libramontois de la Citoyenneté, qui annonce déjà la suite. "Le 10 mars prochain, nous officialiserons notre adhésion au réseau éducatif "Territoire de Mémoire" et, dans la foulée, nous inaugurerons l'exposition "Triangle Rouge" au Centre culturel. Une exposition qui s'adresse, cette fois, à un public adolescent voire adulte. Par ailleurs, des contacts ont déjà pris en vue de projets futurs", conclu Jonathan Martin.

Related Articles

Le printemps est proche.... à l' Ecole du Doyard de Bastogne