PORTRAITS

Des clavicordes à Daverdisse

Des clavicordes à Daverdisse

Pierre Verbeek, facteur de clavicordes à Daverdisse

 
Pierre Verbeek est facteur d'instruments de musique à clavier anciens (16e au 18e siècle).

Dans son atelier à Daverdisse, Pierre construit des clavicordes, et quelquefois des clavecins, de façon entièrement artisanale.

L'idée est d'identifier les besoins des musiciens, presque toujours des professionnels, parfois des amateurs, et de trouver dans la large gamme d'instruments anciens celui qui rencontre au mieux leurs aspirations. 

 pierre verbeek daverdisse clavicordes

Chaque instrument est une pièce unique, entièrement fabriquée suivant les techniques traditionnelles, sur la base de relevés de mesures dans les musées et collections particulières.

La clientèle de Pierre est principalement à l'international: Allemagne, Espagne, France, Californie, Texas, Pays-Bas, Suisse, Norvège.

daverdisse clavicordes pierre verbeek

Le métier de facteur d'instruments de musique est profondément multidisciplinaire. L'ambition de Pierre est de réaliser des instruments de musique qui répondent au mieux aux exigences des interprètes de la musique ancienne. Le processus inclut donc:

 

  • les études musicologiques et organologiques préalables,
  • la recherche d’une parfaite adéquation entre le répertoire et l’instrument,
  • le respect de l’authenticité des matières,
  • l’usage de méthodes de construction décalquant celles des anciens.

Dans son atelier, Pierre veut réaliser une synthèse entre deux exigences parfois contradictoires en apparence: à la fois répondre aux attentes des musiciens et respecter scrupuleusement ce que les instruments historiques nous transmettent concrètement. D’un côté, rechercher la qualité sonore pour faire passer l’émotion de la musique, de l’autre, respecter le concret de la matière.

En ce sens, le métier est celui d’un passeur, pour assurer la meilleure synthèse possible entre un monde très concret, matériel, pragmatique, mécanique, et un monde de sensibilité, d’émotion, de contact humain avec le public.

daverdisse clavicordes pierre verbeek

Pierre est ingénieur civil Ecole Polytechnique de Louvain. Il a en outre une formation musicale au clavecin et en musique de chambre. Quant à sa formation au métier de facteur de clavicordes, il est autodidacte et a pu bénéficier des conseils experts de plusieurs collègues en France et en Allemagne

Pierre a la toute nouvelle certification fédérale belge d'"Artisan Reconnu", il bénéficie du soutien du SDAC de la Province de Luxembourg à Saint-Hubert pour des expositions et autres événements. Il est membre des associations européennes spécialisées, en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Italie. Il participe à de nombreux salons, expositions, rencontres au plan international. Il contribue activement au recherches et publications d'experts. Plusieurs de ses publications peuvent être téléchargées sans difficulté sur ses sites web http://www.clavicordes.be et http://www.harpsichords.weebly.com.

En ce sens, le métier est celui d’un passeur, pour assurer la meilleure synthèse possible entre un monde très concret, matériel, pragmatique, mécanique, et un monde de sensibilité, d’émotion, de contact humain avec le public.

daverdisse clavicordes pierre verbeek

Si le clavecin est relativement bien connu, on ne peut en dire autant du clavicorde. La sonorité caractéristique du clavicorde est si douce et intime qu'en Allemagne, au 17e siècle, on avait coutume de dire que l'organiste pouvait en jouer dans son lit sans empêcher sa femme de dormir.

La littérature qui convient au clavicorde est immense. Pendant leurs longues histoires respectives, le clavicorde et le clavecin ont été des instruments de choix pour le concert, la basse continue, le loisir, l'étude ou encore la pratique quotidienne de musiciens professionnels et amateurs.

Le clavicorde et un instrument qui ne manque pas d'attraits. Il est compact, élégant, avec un clavier tout en simplicité. Il montre souvent une finesse de détails très attachants.

La forme habituelle d'un clavicorde est rectangulaire, avec le clavier positionné soit à l'intérieur de la caisse, soit à l'extérieur, dans ce qu'on appelle un clavier projeté. Les cordes sont attachées à gauche à des pointes d'accroche et à droite à des chevilles d'accord. Elles sont posées à droite sur un chevalet, lui-même appuyant sur la table d'harmonie. Chaque touche du clavier est posée sur une pièce transversale appelée balancier, qui sert d'axe quand on joue la touche. A l'extrémité de chaque touche se trouve une petite pièce en laiton, appelée tangente, qui vient frapper la corde et la fait vibrer. Suivant les époques, cette structure de base a subi de subtiles modifications. Les meilleurs musées instrumentaux possèdent plusieurs clavicordes originaux, le plus souvent en excellent état. L'effort musicologique de ces dernières décennies nous permet maintenant de fabriquer des copies extrêmement fidèles de ces instruments.

 daverdisse clavicordes pierre verbeek

Le clavicorde a eu une longue histoire, qui a commencé au moins au 15e siècle et a culminé aux 17e et 18e siècles. La sonorité douce et intime caractéristique du clavicorde lui vient du mode d'émission du son. Une pièce métallique appelée tangente vient frapper latéralement les cordes et leur donner, outre leur longueur qui détermine la fréquence du son, une énergie qui met la corde en vibration. La sonorité n'est pas sans rappeler celle du luth ou du théorbe.

Le clavicorde, avec un peu de retard sur le clavecin, est actuellement le témoin d'une véritable renaissance. En cela, il s'inscrit dans la redécouverte de la musique ancienne comme musique vivante et non comme objet de musée.

Carl Philipp Emanuel Bach, écrit ceci dans son livre Versuch über die wahre Art das Clavier zu spielen de 1753:  « Pour bien faire, celui qui joue d'instruments à clavier devrait posséder à la fois un bon clavecin et un bon clavicorde, afin de pouvoir jouer toutes sortes de pièces alternativement sur les deux instruments. Celui qui joue bien du clavicorde jouera bien du clavecin, mais non pas l'inverse. Il faut donc utiliser le clavicorde pour apprendre la bonne exécution, et le clavecin pour acquérir la force qui convient dans les doigts. »

 daverdisse clavicordes pierre verbeek

Pierre Verbeek

Banet Sart

 6929 Daverdisse, Province de Luxembourg

T: 00 32 476 48 43 64

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site web:  www.harpsichords.weebly.com

daverdisse clavicordes pierre verbeek 

Saint Valentin à Hotton

Saint Valentin à Hotton

Saint Valentin à Hotton : votre fleuriste Thierry Trillet

     Depuis  19 ans, Thierry vous accueille dans son magasin d'Hotton et ensoleille vos journées et maisons avec ses fleurs.

Pour faire plaisir à l'occasion de la Saint Valentin une seule adresse à Hotton : Art et Bouquets.

 hotton art bouquet fleuriste

 Franchissez la porte dans détours, vous êtes toujours les bienvenus, que vous soyez nouveaux clients ou fidèles depuis toutes ces années, une chose est certaine :  vous n'avez jamais été déçu par un accueil chaleureux, par un service irréprochable, des livraisons gratuites sur l'entité de Hotton.

 
Pensez donc à votre Valentine dès demain !

Art et Bouquets - rue Emile Parfondry 13 à 6990 Hotton

Téléphone : 084 / 46 79 96 ou 0475/ 78 03 08

Ouvert tous les jours de 9 à 18h30 , le samedi jusque 19 h et le dimanche jusque 14h.

Fermé le mercredi.

http://www.artetbouquets.be/

Retrouvez aussi Art et Bouquets sur Facebook https://www.facebook.com/artetbouquets/?fref=ts

 


arlon monuments historiques 

The Voice Tamara Legrand d'Athus

The Voice Tamara Legrand d'Athus

Tamara Legrand d'Athus est candidate à The Voice  

Tamara Legrand est candidate à The Voice Belgique cette année.

Originaire d'Athus où elle vit depuis 23 ans, elle connaît sa ville comme sa poche.

Sortir de l'ombre et chanter lors des blind tests en plus de ses concerts actuels, voilà comment Tamara va se dévoiler mardi 7/02/2017 au public belge.

Découvrez une jeune artiste qui nous livre simplement sa récit de vie et son parcours musical.

 Tamara The voice Belgique

 Tamra The voice Belgique

©Esther Tobin

 Je suis originaire de Liège, je suis née là-haut, puis j'ai été adoptée à 11 jours. Athus c'est, malgré sa réputation, un endroit où ma famille et moi aimons vivre. J'ai un frère, Enzo 19 ans et une sœur Suzanna qui a 21 ans, ma sœur a été adoptée aussi par contre mon frère, pas. Les gens sont y ouverts d'esprit et même s'il n'y a pas spécialement beaucoup d'événements dans le coin. .es gens essayent d'en mettre en place. On sent qu'il y a un désir de faire au mieux de la part de la jeunesse.

La musique a toujours fait partie de ma vie depuis mon enfance. J'ai des parents qui en écoutent beaucoup. Dès que j'avais le temps, étant petite je chantais, sous la douche, dans ma chambre... Il nous arrivait aussi de chanter des chansons avec une brosse à cheveux avec ma mère et ma sœur. J'ai réellement commencé la musique vers 17 ans. J'étais élève à l'Athénée Royal d'Athus où se donnaient, les jeudis après les cours, des ateliers musicaux. Ces ateliers sont toujours donnés à l'heure actuelle, par des professeurs bénévoles. Les cours consistent à donner chaque semaines de notions de musique ( guitare, bass, batterie,..) aux élèves qui décident de s'y rendre. Puis de terminer l'année d'ateliers par sa consécration lors d'une soirée ouverte a tout le monde "la soirée des étoiles". J'ai commencé à me rendre aux ateliers de guitare où je n'ai pas tellement accroché. Avec deux amies Alyssa et Marie-Lucie, nous voulions apprendre à chanter. Nous en avons dont parler aux professeurs qui nous ont guidés dans nos débuts. Tout ceci s'est réalisé lors de la soirée des étoiles qui a lieu chaque année fin avril, par une chanson réalisée toutes les trois "happy ending" de Mika. L'année suivante, un atelier chant a ouvert ses portes au sein des ateliers musicaux de mon école. Suite à ces ateliers, où j'ai participé jusqu'à la fin de ma scolarité à Athus, j'ai toujours continué de chanter. Pour mes amis, mais aussi lors de concerts avec mon tout premier groupe qui était un duo acoustique "A-Lex", et à l'heure actuelle avec les gars d'"An Island For The Turtles".

 Tamara The voice Belgique

 

©Esther Tobin

Lorsque l'on me pose la question, j'ai toujours du mal à définir mon style. Je dirais que celui-ci est "le mélange", j'aime le bordel bien rangé. C'est à dire que j'ai des influences d'un peu partout, de Britney Spears à Nekfeu en passant par Lily Allen, Mika, Marron 5, Four No Blondes, Tracy Chapman, Nicki Minaj et Katy Perry. On dit de moi que je suis originale, créative, différente, aimable et spontanée, mais avant tout timide aux premiers abords.

Pour en venir au vif du sujet, j'ai décidé de me ré-inscrire à The voice Belgique cette année, car ma copine m'a incité à le faire. J'avais déjà passé le pré-casting l'année passée où j'avais été recalée. Je m'étais dit que j'avais tenté ma chance et que  ce n'était pas pour moi. Suite aux nouveaux encouragements de ma copine et en ayant envie d'avancer avec le groupe auquel j'appartiens "An Island For The Turtles", j'ai décidé de m'inscrire encore à la dernière semaine du pré-casting.

De part la musique, j'aimerais pouvoir donner aux gens des pauses, qu'ils osent un peu plus prendre du temps pour penser à leur bien- être, mais aussi et surtout à ce qu'ils ont ressenti au cours d'une journée, un mois, une année...

 tamara legrand the voice athus

Tamara The voice Belgique

 ©Esther Tobin

Je ne vise pas un public en particulier mais je pense que mon travail musical touchera plus les jeunes adultes, c'est-à-dire les personnes de ma génération. Nous avons grandi dans le même environnement. Ce serait donc logique que mes textes les touchent plus. Ce que je préfère dans le fait de chanter, c'est de revenir sur des événements afin de les revivre d'une manière à me concentrer sur mes émotions, prendre le temps de les écouter. C'est peut-être de là, que me vient mon goût pour le mélange de styles, étant donné je n'y réfléchis pas vraiment, je fais avec ce qui me vient à l'esprit. C'est le même discours en ce qui concerne les paroles que j'écris, le ressenti, ce que je traverse, ce que je crois apercevoir dans le regard de ma sœur, mon voisin, la boulangère,...

Je me sens souvent poussée par le temps, brusquée par le besoin de production, d'aller toujours plus vite et plus loin, qui me vient je pense de l'époque et la société. J'ai d'ailleurs écrit pour l'une des chansons réalisée avec les groupe : "Et j'entends la voix d'mon père qui m'balance un "c'est l'heure", pose ton verre et prends ta vie en main. J'en ai deux mais pas question de faire quelque chose qui me mène à rien, même si ça m'fait du bien. La question du mois c'est "tu t'es fait combien?!". Mon père, c'est pour le flow et le côté "hiérarchique", il est le premier à me suivre et me soutenir, même s'il n'est pas à mes côtés dans la family room lors de mon blind. Il préfère ne pas passer à la télé et se dit "porte malheur", mais il est présent à la plupart des concerts du groupe.

Nous avons, avec le groupe, comme nouvel objectif d'enregistrer deux nouvelles chansons de passer "en mode studio" après notre prochain concert, qui a lieu ce samedi 4 février, 18 heures, au "Mom says go slow" à Marbehan. Mais je peux déjà vous dire il y a du changement par rapport à notre première chanson "Breathe Madness" que vous pouvez consulter sur YouTube. Nous avons commencé il y a peu à mettre des passages en français au sein de nos compositions, certaines fois parlées à la fauve et d'autres fois rapées. Nous espérons surprendre et trouver notre place au sein des groupes de musique de la région.

Dans 6 mois, j'espère que nous serons toutes les quatres tortues, Lionel, Vincent, Guillaume et moi-même , en route pour beaucoup de dates de concerts et que nous aurons de chouettes retours sur nos deux nouveaux enregistrements. 

https://www.facebook.com/Tamara.Legrand.Officiel


 

 

the voice athus tamara  

Plus d'infos :

tsescorts.com